Peut-on hâter la Délivrance ?  
par Menahem Brod

Quand viendra le Machia’h ? Le
Talmud dit à ce sujet : « Si la
génération est méritante, Je la hâterai.
Si la génération n’est pas méritante,
elle viendra en son temps. »
(Sanhédrine, 98a). Cela signifie qu’il
existe un terme définitif à l’exil qui est
fixé lors duquel le Machia’h viendra
quoi qu’il arrive, y compris si la
génération ne sera « pas méritante ».
Mais il existe également la possibilité
de hâter la Délivrance et d’en
déclencher l’avènement ce jour même,
car D-ieu a promis : « Si la génération est méritante, Je la hâterai. »

En vérité, la Délivrance aurait pu survenir il y a déjà bien longtemps, comme l’
expriment les propos de Rav dans le Talmud : « Toutes les échéances ont été
atteintes et cela ne dépend plus que de la Téchouva (le retour à D-ieu). »
(Sanhédrine, 97b). Ainsi, l’époque talmudique en elle-même était déjà propice à l’
avènement messianique et le retard de celui-ci n’est imputable qu’à « nos
nombreuses fautes » (ibid.). S’il en était déjà ainsi jadis, à plus forte raison est-il
possible de hâter l’avènement messianique aujourd’hui, après des siècles d’étude de
la Torah et de pratique des Mitsvot, souvent au prix du sacrifice suprême, au cours
des générations précédentes,

Cela dépend de nous

Un des principes de base de la foi juive en la Délivrance messianique est la
conscience que chacun d’entre nous peut en accélérer l’avènement. Il ne nous est
pas demandé uniquement de croire au Machia’h et d’attendre sa venue, mais
également d’agir dans le domaine de la Torah et des Mitsvot de façon à hâter cette
dernière. C’est l’une des raisons pour laquelle D-ieu ne nous a pas dévoilé à quel
moment celle-ci aura lieu : afin que nous ne ressentions pas que la chose est scellée
et bloquée et que chacun s’efforce de la rapprocher.

Les Sages du Talmud ont cité plusieurs Mitsvot particulièrement effectives dans ce
domaine. En premier lieu, on trouve la Tsédaka (la charité), au sujet de laquelle le
Talmud dit « Grande est la Tsédaka, car elle rapproche la Délivrance. » (Baba Batra
10a. Cf. Tanya chap. 37). La Téchouva à également le pouvoir de déclencher la
Délivrance en un instant, comme l’a écrit Maïmonide : « La Torah a promis que le
Peuple d’Israël finira par faire Téchouva à la fin de son exil et immédiatement il sera
délivré. » (Lois sur la Téchouva, chap. 7, § 5). L’espérance, l’expectative de la
Délivrance constitue en soi un mérite pouvant en hâter la venue, comme le dit le
Midrache : « Quand une génération attendra ma royauté, elle sera immédiatement
rédimée. » (Yalkout Eikha). Et il y a bien sûr la prière pour la Rédemption qui est, d’
après les Sages du Talmud et leurs successeurs, une responsabilité inhérente à
chaque Juif car il y a en elle une force particulière qui peut déclencher l’avènement
messianique.

Il y a d’autre Mitsvot ou actions qui ont pour vertu d’accélérer la Délivrance. Parmi
elles, on trouve : le renforcement de la foi (à l’instar de la Délivrance d’Égypte que
nous méritâmes par notre foi) ; l’amour du prochain, l’amour « gratuit » et
inconditionnel (qui rachète la haine gratuite qui fut la source de l’exil) ; l’étude de la
partie profonde de la Torah (comme le dit le Zohar : « Quand les Juifs auront le
mérite de goûter à l’arbre de vie, qui est le livre du Zohar, il sortiront de l’exil avec
miséricorde. » – Raaya Méhémna, parachat Nasso) ; l’étude de la Michna (« Les
exilés ne seront rassemblés que par le mérite des Michnayot » – Midrache Vayikra
Rabba 7, 3) ; avoir de nombreux enfants (« Le fils de David ne viendra que lorsque
toutes les âmes seront descendues » – Talmud Yébamot 62a).

Il est important de préciser qu’il est bon d’accomplir toutes ces actions avec l’intention
particulière de rapprocher la Délivrance, car cela ajoute à leur effet. Citons ici le
Sefer HaBrith : « Il incombe personnellement à tout Juif, même s’il n’a aucune
érudition dans la Torah, de se battre pour notre Père Céleste afin qu’il règne sur la
Terre… et d’avoir dans l’accomplissement de chaque Mitsva l’intention de sauver le
Saint bénit soit-Il et Sa Présence de l’exil. » (Sefer Habrith, Maamar 9, chap. 16).

Pas « par la force »

Il est important de faire la distinction entre toutes ces actions dont l’objectif est de
rapprocher la Délivrance messianique de celles qui visent à la déclencher « par la
force », comme par exemple la tentative de construire un autel sur le Mont du Temple
et d’y offrir des sacrifices, etc. Il existe de nombreuses dissensions quant à ces
démarches là. Il en va de même concernant les efforts pour déclencher la Délivrance
par des procédés dits de « Kabbale pratique », comme faire prêter serment à des
anges, etc. Bien que de telles tentatives aient eu lieu, certains y voient une «
précipitation du terme » et un procédé dangereux.

À l’inverse, il n’y a aucune réserve sur toute les actions dans le domaine de la Torah
et des Mitsvot, dans l’effort de Téchouva et la prière pour la Délivrance, car il est
évident que ces choses sont bénéfiques, efficaces et vitales pour chaque membre du
Peuple Juif, comme l’a dit Rabbi Chlomo de Karlin « Chacun doit s’efforcer d’avoir
‘une part’ dans le Machia’h » (Beth Aharon, Karlin, parachat Kora’h).


Menahem Brod est le porte parole de la Jeunesse Loubavitch en Israël. Il est le
rédacteur en chef du feuillet hebdomadaire "Si'hat Hachavoua" et l'auteur de "Yémot
Hamachia'h" et de la série "Choul'hane Chabbat".