Des murs et des portes
Les murs sont-ils une bonne chose ?

par Yanki Tauber


Les murs enferment, séparent, isolent. Les murs vous soustraient au monde.

Mais, d’un autre côté, un mur brisé évoque le danger. S’il endiguait une rivière, celle-ci va
sortir de son lit. S’il fortifiait une frontière, des ennemis risquent d’infiltrer le pays. Un mur
brisé évoque la vulnérabilité, l’exposition aux attaques, la perte d’identité.

S’il en est ainsi, de quoi avons-nous besoin ? Ce qu’il nous faut, ce sont des murs avec
des portes.

Il nous faut des remparts solides et forts, avec des portes que l’on peut ouvrir et fermer.
Des portes ouvertes le jour et fermées la nuit. Des portes que l’on ouvre pour permettre
aux gens de rentrer et de sortir pour échanger des idées et des marchandises ; des
portes qui ferment pour protéger la ville et gardant à distance les forces malfaisantes et
destructrices.

Quel bonheur lorsque votre ville, votre communauté, votre famille, votre propre corps et
votre propre âme possèdent de puissantes murailles dotées de portes qui fonctionnent
correctement. Cela vous renforce dans votre identité, protège ce qui vous est le plus
précieux tout en vous assurant l’ouverture sur le monde qui vous permet de donner et de
recevoir, d’apprendre et d’enseigner.


--------------------------------------------------------------------------------

Le 10ème jour de Tevet de l’année juive 3336 (425 avant l’ère vulgaire), les armées du
roi Neboukhadnezar (Nabuchodonosor) de Babylonie ont mis le siège devant les murailles
de Jérusalem. Ce fut le début d’une tragédie au terme de laquelle ces murailles furent
éventrées, le Saint Temple fut détruit et le Peuple Juif fut envoyé en exil.

Chaque année, le jour du 10 Tevet est pour nous un jour de jeûne et de repentance. Un
jour consacré à protéger les murs de notre identité, à réparer leurs brèches et à s’assurer
que leurs portes fonctionnent correctement...
Les horaires du jeune

L'histoire du jeune et les
lois

Des murs et des portes