Les femmes ont-elles quelque
chose à cacher ?
La "Tsniout" en question

par Aron Moss


Question :

Pourquoi le Judaïsme dit-il aux femmes de garder leur corps couvert ? Y a-t-il
quelque chose de honteux ou de mauvais dans le corps de la femme ? Si les
hommes ne peuvent pas maîtriser leurs pulsions, alors c’est le problème des
hommes, pas des femmes. Pourquoi une femme devrait-elle se cacher juste pour que
les autres ne soient pas tentés ?

Réponse :

Vous sous-entendez que la seule raison de s’habiller avec pudeur est d’éviter la
tentation. Bien que ce puisse être vrai dans d’autres religions, pour le Judaïsme, ce n’
est pas le cas. L’approche juive de l’habillement pudique n’est pas seulement liée à
la façon dont les hommes voient les femmes, mais bien plus sur la façon dont les
femmes se voient elles-mêmes.

Couvrir quelque chose ne signifie pas systématiquement que l’on en a honte. Avez-
vous remarqué comment nous traitons un rouleau de la Torah ? Nous ne le laissons
jamais reposer découvert. Il est caché sous plusieurs épaisseurs. La Torah est
gardée dans une synagogue, dans l’Arche, derrière un rideau, enveloppée dans un
manteau, maintenu étroitement fermé par une ceinture. Il n’est sorti que pour être
employé à des fins sacrées, pour être lu durant l’office des prières. En ces moments
particuliers, nous ouvrons délicatement le rideau, ouvrons les portes de l’Arche,
sortons la Torah, la découvrons et la déroulons. Dès que nous avons terminé la
lecture, nous la rhabillons immédiatement et la remettons en place.

Pourquoi faisons-nous tout cela ? Pourquoi ces efforts pour dissimuler la Torah ? En
avons-nous honte ? Y a-t-il quelque chose à cacher ? Y a-t-il quelque chose de laid
dans la Torah ?

Bien sûr que non. C’est tout à fait le contraire.

Parce que la Torah est notre objet le plus sacré, parce qu’elle est tellement sainte et
spéciale et précieuse, nous ne la laissons jamais inutilement exposée. Nous la
gardons recouverte parce que nous ne voulons pas la traiter avec légèreté, nous ne
voulons pas être trop informels avec elle. Si la Torah était toujours ouverte et visible,
elle pourrait devenir trop familière, et sa sainteté s’en trouverait minimisée. En la
dissimulant aux regards et en ne la sortant qu’aux moments appropriés, nous
conservons notre révérence et notre respect pour la Torah.

La même chose est vraie de nos corps. Le corps est la sainte œuvre de D.ieu. C’est
le lieu sacré de révélation de l’âme. La manière dont nous conservons le respect de
notre corps est de le couvrir. Non parce qu’il est honteux, mais parce qu’il est
tellement beau et précieux.

Ceci est également vrai du corps masculin, et les lois de l’habillement pudique s’
appliquent également aux hommes. Mais cela est d’autant plus fort chez les femmes.
Le corps féminin possède une beauté et un pouvoir qui surpassent de loin le corps
masculin. Les Kabbalistes enseignent que le corps d’une femme possède une beauté
plus profonde parce que son âme provient d’une source plus élevée. Pour cette
raison, son corps doit demeurer discrètement couvert.

Dans un monde où le corps féminin a été réduit à un artifice publicitaire de bas
étage, nous n’avons pas besoin de preuve quant à la justesse de cet enseignement.
Là où tout est exposé, rien n’est sacré. Mais ce qu’il y a pour nous de plus précieux,
nous le gardons couvert.